Camille Coléon   Diplômée des Beaux-arts de Nantes en 2016 et lauréate de l’atelier sculpture à l’académie Royale des Beaux-arts de Bruxelles en 2018, Camille Coléon est une artiste plasticienne pluridisciplinaire. Du plâtre au métal, de la performance à l’architecture, elle s’inspire principalement de l’espace qui l’environne pour la création de ses pièces. Dans une recherche principalement de l’In Situ, l’artiste investit les lieux d’objets et d’installations qui traduisent avec poésie la lecture d’un temps qui passe.

Camille Coléon

Diplômée des Beaux-arts de Nantes en 2016 et lauréate de l’atelier sculpture à l’académie Royale des Beaux-arts de Bruxelles en 2018, Camille Coléon est une artiste plasticienne pluridisciplinaire. Du plâtre au métal, de la performance à l’architecture, elle s’inspire principalement de l’espace qui l’environne pour la création de ses pièces. Dans une recherche principalement de l’In Situ, l’artiste investit les lieux d’objets et d’installations qui traduisent avec poésie la lecture d’un temps qui passe.

CAMILLE COLÉON

De perdition

La galerie Marchepied est heureuse de vous inviter au vernissage de l'exposition De perdition, une exposition personnelle de Camille Coléon.

L’exposition De perdition, est un nouveau traité de construction : réaliser en 15 jours une structure monumentale dans l’espace de la galerie Marchepied. Ce « défi » est né de l’intérêt qu’a l’artiste pour l’architecture et l’utilisation frénétique du béton dans ses chantiers contemporains.
C’est à travers une atmosphère plastique inspirée de notre environnement que Camille Coléon se pose des questions sensibles sur l’anthropocène : l’impact de l’homme dans la stratification terrestre. Cette fois, l’objectif de la création de ruines sera de définir et d’établir une installation exposée à périr, à faire naufrage et à être anéantie.
En perdition dans son bref temps de vie, cette « installation », remet en question les codes esthétique d’un maître d’œuvre du passé. L’espace est ainsi transformé en un lieu de recherche sur la déperdition des motifs et des couleurs dans la représentation contemporaine des monuments d’un ancien temps.

Vernissage : Vendredi 5 avril, 2019